[LIVRE] la fenêtre de Dieu de Cédric Blondelot

img_90094eme de couv’ : de l’autre côté de l’Atlantique, à Chicago, une femme meurt dans l’incendie de son appartement.

Deux ans plus tard, le 31 juillet 1979, rue de Tolbiac, un plan de Paris, un nouveau-né est abandonné dans un kiosque à journaux. Alors qu’il chiait sur le monde et pissait sur L’Humanité, un couple le  trouva et l’adopta. Il fut appelé : Tolbiac juillet.

Adulte, Tolbiac devient magicien. Ne lui demandez jamais de tour avec des colombes, il les déteste. Quant à son lapin, il n’en a plus. Il l’a bouffé la veille. Mais Tolbiac n’est pas seulement doué pour la prestidigitation, il est aussi un pick-pocket de génie. Sa vie bascule tandis qu’il fume une cigarette dans les toilettes une piscine. Il n’en sortira jamais. Aspiré par la cuvette. Oui, aspiré !
Pour son premier roman, Cédric Blondelot est aussi habile avec les mots  que Tolbiac Juillet l’est avec ses mains.

Mon avis :  J’ai adoré Tolbiac ; pas seulement son histoire mais le personnage tout entier ; sa facon de dire les choses, la facon dt il les ressent aussi, son cynisme, son humour et sa facon à lui d’être vrai. C un personnage vraiment interessant. Parfois on l’adore, parfois un peu moins. Comme ds la vraie vie quoi..

Le début peut paraître déconcertant car on ne voit pas bien où l’auteur veut nous emmener parmi toutes ces tranches de vie entremêlées qui, à priori, n’ont aucun lien entre elles.  Mais j’ai justement adoré et malgré l’absence d’objectif visible on se laisse balader au gré des histoires.

Malgré tout, la rencontre avec Tolbiac est tardive, ce qui là encore est déstabilisant. Le resumé nous annonce une intrigue tournant autour d’un personnage que l’on ne voit arriver que tres tard dans le bouquin et encore plus tard l’incident des toilettes…soit l’introduction est trop longue, soit la 4e de couv en dévoilé trop finalement (j’opte pour la 2e hypothèse). Quoiqu’il en soit j’ai qd meme apprécié me balader au bras de Tolbiac, et l’écriture a, ce je-ne-sais-quoi, qui vous fait dire que, oui, cet auteur a une plume bien à lui.

Le bémol : assurément la couverture que je n’aime pas du tout ! ni les couleurs ni le dessin, mais c’est c’est un avis très personnel…il parait qu’on ne juge pas un livre à sa couverture…et pourtant c’est bien le premier contact qu’a le lecteur avec le livre…Ici, donc, par pitié, ne vous arretez pas à la couverture et osez voir plus loin ! Après la lecture du livre, j’y aurais plutot vu une couverture avec un kiosque à journaux avec 2 colombes (ou encore un Perfecto) ; en tout cas lequel chose de moins sombre

A noter qu’il s’agit d’un premier (très bon) roman, et qu’un coup de pouce pour demarrer (comme acheter son livre) ne fait pas de mal.

L’auteur a une page Facebook et y propose souvent des envois de livres dédicacés. Jetez y un oeil  www.facebook.com/cblondelotauteur/

pour l’acheter sous format papier c’est par là : The Book edition

pour le format kindle c’est ici : Amazon kindle

Les retours des premiers lecteurs sont franchement tous positifs,(allez voir sur FB) alors faites comme eux, tentez l’aventure.

Advertisements

et toi, c'est quoi ton avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s